Nos
Vins

Cépages

  • Marsanne
  • Viognier
  • Unig Blanc
  • Guewurtztraminer
  • Gros Manseng

Vinification

Vendanges tôt le matin pour éviter la montée en température des jus et l’oxydation de ces derniers.

Pressurages direct, puis passage d’une journée dans une cuve à très basse température pour faire précipiter les bourbes.

Mise au clair en jour 2, on isole les jus les plus clair des bourbes, ces dernières passant par la suite par un filtre à terre pour en extraire le maximum de jus.

Fermentation longue à basse température avec contrôle journalier des densités.

Assemblage ou élevage potentiel après fermentation alcoolique totale ou partielle (comme pour l’insensé) Mise en marché des vins selon les profils entre l’hiver et le printemps.

Mise en marché des vins selon les profils entre l’hiver et le printemps.

Cépages

  • Cinsault
  • Merlot
  • Syrah
  • Grenache
  • Cabernet franc

Vinification

Vendanges tôt le matin pour éviter la montée en température des jus et l’oxydation de ces derniers.

Pressurages direct, puis passage d’une journée dans une cuve à très basse température pour faire précipiter les bourbes.

Mise au clair en jour 2, on isole les jus les plus clair des bourbes.

Assemblage des jus en phase pré-fermentaire, fermentation à basse température avec contrôle journalier des densités.

Mise en marché des vins en tout début d’année.

Cépages

  • Syrah
  • Grenache Noir
  • Merlot
  • Cabernet Franc
  • Cabernet Sauvignon
  • Cinsault
  • Marselan

Vinification

Égrappage total de la vendange avant l’encuvage, vinification cépage par cépage et appellation par appellation.

Fermentation lente avec contrôle journalier des températures et densités.

Pour chaque cuve, il est décidé jours après jours le travail à réaliser afin de travailler au mieux nos jus ( remontage, délestages ou pigeages)

En fin de fermentation alcoolique, extraction des jus et pressurage du chapeau de marc pour récupéré le maximum de jus.

Assemblage des jus après fermentation malolactique, selon le plan d’assemblage décidé lors de la dégustation d’assemblage avec notre œnologue en fin d’année.

Élevage en cuve acier ou en fût de chêne selon les profils de vins souhaités.

Mise en marché des jus à partir de 6mois pour les IGP, après 12 mois pour les AOP non boisés et entre 18 à 30 mois pour les AOP boisés.

AOC Minervois, AOP Cabardès, IGP Aude, IGP OC, Vins de France
Rouges, blancs, rosés.

Un terroir,

des richesses

Le Minervois

Nous exploitons également une dizaine d’hectares tous classés en appellation Minervois dans un secteur assez particulier identifier comme étant le terroir de l’Argent Double (également un futur DGC).

Sur ce secteur les sols sont plus caillouteux, principalement des galets roulé voir même marbres de Caunes, par nature beaucoup plus filtrant que les argiles de Parazols, le système racinaire des vignes s’enfoncent beaucoup plus profondément.

Nos parcelles établies au pied de la montagne noire bénéficie d’une climat un peu plus frais que sur d’autres secteur du Minervois.

Pour cette raison, nous y avons implanté des cépages de Blanc comme la Marsanne que nous vinifions par exemple su notre cuvée “Les Cailloux Blanc”.

Le Cabardès

Une jeune appellation qui prend racine au pied de la Montagne Noire, à la croisée des courants Océanique et Méditerranéen.

 

Le Cabardès se démarque des autres appellations locales par l’assemblage à part égales de cépages océanique et Méditerranéens.
Notre terroir, implanté sur des grés de Carcassonne donne à nos assemblages finesse et subtilité.

 

Au domaine le « Ni Ange Ni Démon de Parazols » est l’ambassadeur de notre vision du Cabardès, un vin à la fois fruité et équilibré

Le Conques sur Orbiel

Notre vignobles se situe aux portes du Cabardès sur la commune de Conques sur Orbiel où nous exploitons environs 30ha dont 18ha sont classés en AOP Cabardès.

L’aire d’appellations Cabardès prend place au piémont de la montagne noire, à la croisée des courants océaniques (Cers) et Méditerranéens (Marin), on y trouve des sols peu fertiles principalement des grès de Carcassonne et des argiles-calcaire où la vigne produit de faible rendements mais néanmoins particulièrement adapté à une production qualitative.

La particularité de appellation Cabardès est d’associé la culture des cépages typiquement méditerranéens que sont la Syrah et le Grenache noir à des cépages dit océaniques que sont le Merlot et le Cabernet

Le climat du Cabardès est un des plus tempéré du Languedoc, du fait de cette double influence maritime, néanmoins étant positionnés au pied de la Montagne Noire l’appellation souffre parfois d’une faible pluviométrie.

Les vins du Cabardès se caractérise par une note de fraicheur peu typique des vins du Languedoc, certaines de nos cuvées les plus connues “Ni Ange Ni Démon ” et ” Souffle des Dieux” sont issues de ce terroir particulier.

Le Parazols

Pièce centrale de notre exploitation, car c’est dans cette jolie campagne ou notre famille est installé depuis X générations et où nous avons décidé de créé notre cave en 2003.

Nous travaillons une vingtaine d’hectares sur Parazols dont une grosse dizaine font partie de l’appellation “Minervois et plus particulièrement du Terroir de “Laure” qui devrait être prochainement reconnu comme l’une des trois DGC du Minervois (Dénomination Géographique complémentaire ).

Ce terroir se distingue par des sols principalement argilo-calcaire ou s’épanouissent parfaitement nos Syrah, il n’en reste pas moins que les vignes de ce secteur subi régulièrement une forte pression hydrique au cœur de l’été.

Les jus issus des parcelles de Parazols se caractérisent par un fruit puissant et des notes de garrigues, notre cuvée “Nuit Noire” est notamment issues d’une sélection parcellaires sur des vieilles vignes de ce secteur .

Nos engagements

pour plus de biodiversité

Sur notre exploitation nous essayons de travailler au plus proches de nos vignes, et d’instaurer une sorte de cercle vertueux, l’idée étant de restituer à la vigne et au sol le maximum de ce que nous pouvons.

On prend: La vigne produit le raisin, les jus sont bien évidement transformé en vin, les bourdes et lies sont distillées afin d’en extraire l’alcool, mais aussi l’huiles de pépin et les pigments sont utilisé dans les cosmétiques.

Et on rend: Durant les vendanges nous récupérons toutes les rafles et sarment triés lors de la phase d’érraflage et nous les mettons à composter sur des tas, de même nous récupérons à la distilleries des marcs épépinés que nous mettons également à composter un an environs.

Au printemps suivant nous épandons inter-rang le dit compost afin de redynamiser et surtout restructuré nos sols, de manière écologique et à moindre coût.

Cela s’inscrit, pour nous, en complément de notre démarche HVE.

bee-170551_1920

En savoir +

De même manière nous avons décidé de proscrire les traitements insecticides sur nos parcelles. Pour nous prémunir des attaques de nuisibles, nous pratiquons depuis quelques années, la confusion sexuelle sur l’ensemble de notre vignobles, les résultats sur la faunes ambiantes sont visibles à l’œil nu, beaucoup d’insectes amis de la vignes ont fait leur retour dans nos parcelles pour notre plus grand plaisir.

Pour les mêmes raisons, nous avons entrepris de gros investissements matériels et humains sur les travaux de dès-enherbement. Notre objectif à court terme est de nous passer complètement de désherbages chimiques, pour cela nous avons investi dans 2 interceps qui permettent de travailler le sol dans le rang mais également entre les pieds de vignes, mais aussi d’une épampreuse mécanique qui à pour but d’enlever les “gourmands” qui poussent sur les ceps de vignes. Néanmoins cela est très chronophage car il faut repasser chaque rang de chaque parcelle, pour préparer et tuteuré le cas échéants les souches trop fragile ou trop tordu, qui ne supporterais pas le passages de ces outils. A aujourd’hui nous avons déjà put préparer plus de 80% de notre vignobles à ces pratiques.

Enfin, nous avons pour projet de faire des essais sur certaines parcelles, d’enherbement naturel. Le projet étant de ne pas travailler les sols de certaines parcelles, pour y laisser se développer une végétation autochtone et simplement y pratiquer une tonte superficielle, l’idée étant perturbé au minimum la vie microbienne des sols et d’en analyser les effets sur la vigne.